Les Attrapes-rêves de la D'Âme du Doubs


Dans la culture Amérindienne, le capteur de rêves est l'un des objets des plus important.

 

Le capteur de rêves ou "attrape-rêves" servait (et sert toujours) à filtrer les bons des mauvais rêves. Celui-ci laissait passer à travers les mailles de la toile, qui est à l'image de celle d'une araignée, les bons rêves et les songes utiles. Il emprisonnait ensuite dans son tissage les cauchemars et tout ce qui pouvait perturber le dormeur. Et aux premières lueurs du jour, Wakan-Tanka (Grand-Esprit) détruisait toutes les mauvaises énergies à l'aide des rayons de Grand-Père Soleil.

 

Comme il est essentiel de satisfaire les besoins de son Âme comme ceux de son corps. Le rêve permet de se libérer, de créer et d'assurer ainsi un équilibre

Vous comprendrez maintenant la puissance que dégage l'attrape-rêve.

 

Depuis tout petite j'ai été fascinée par cet objet et la manière dont il était créé. Et puis un jour de l'automne 2012, lors d'une ballade en Bourgogne au milieu de Mère Nature, j'ai reçu un merveilleux présent sous la forme de dizaine de plumes de faisane. Je les ai longuement admiré et je les ai emporté précieusement en remerciant l'oiseau qui les avait laissé sur son passage.

Ce n'est qu'au début de l'été 2013 que j'ai décidé de tenter la création d'un attrape-rêve et là, ce fût comme une révélation, j'ai eu la sensation que mes mains savaient d'elles-mêmes comment tisser cette toile, je n'avais jamais rien ressenti d'aussi fort. Et depuis ce jour je ne cesse de créer avec un plaisir sans cesse grandissant en essayant de laisser libre cours à mon imagination et aux énergies du moment.


Voici une légende concernant l'attrape-rêve, il en existe plusieurs selon les différents peuples, celle-ci vient du peuple des "Chippewa" 

 

Une araignée était en train de tisser sa toile dans le wigwam de grand-mère Nokomis, tout près de l'endroit ou cette dernière dormait.

Tous les jours, Nokomis regardait l'araignée qui travaillait, occupée à tisser sa toile.

Un jour, pendant qu'elle l'observait, son petit-fils arriva.

"Nokomis-iya!" cria le garçon en regardant l'araignée. Il fit un saut, prit une chaussure et s'élança vers l'animal.

"No-keegwa", dit la vieille femme, "ne la tue pas!"

Alors le jeune garçon demanda: "Nokomis, pourquoi protèges-tu l'araignée?"

La vieille femme lui sourit mais ne répondit pas.

Quand le garçon s'en fut allé, l'araignée s'approcha de vieille femme et elle la remercia de lui avoir sauvé la vie.

Elle dit à Nokomis: "Pendant des jours tu m'as observé alors que je tissais et faisait osciller ma toile, tu as admiré mon travail. Puisque tu m'as sauvé la vie, je vais t'offrir un cadeau".

Elle sourit, avec ce sourire spécial que seule une araignée peut avoir... et elle s'éloigna en tissant pendant qu'elle se déplaçait.

A ce moment Grand-Mère Lune lune s'approcha gentiment de la fenêtre et elle éclaira la toile avec un rayon argenté et magique.

"Tu vois je tisse" dit l'araignée. "Regarde et apprend. Chaque toile que tu feras va capturer les mauvais rêves. Seulement les bons glisseront dans le petit trou central, c'est mon cadeau pour toi. Utilise le pour rappeler seulement les bons rêves, et les mauvais seront capturés par la toile et seront brûlés par les premiers rayons de Grand-Père Soleil."



D'autres photos de mes créations suivront, merci pour votre patience :-)